Actualités

2011

2011 : certification en viticulture biologique pour notre Domaine

2011 est le millésime où la plupart de nos vins vont être certifiés « AB ». La plupart, car si l'ensemble de notre domaine est cultivé en agriculture biologique, certaines parcelles ont été acquises après 2008 (or il faut 3 ans pour obtenir l'agrément) ou ont connu des changements (arrachages, greffages) qui imposent de recommencer la procédure au début.

Le Domaine Féry a banni depuis longtemps les produits chimiques de ses vignes, question de philosophie : pour obtenir des raisins propres et authentiques, nourris uniquement de leur terroir, et faire des vins qui reflètent ces terroirs.

Mais pour avoir le droit de dire ou d'écrire que notre viticulture est biologique, cela ne suffit pas, car cette notion est strictement règlementée. Il faut donc – et c'est ce que nous avons fait en 2008 ̶ entamer une démarche officielle, déposer une déclaration de conversion en agriculture biologique, et contacter un organisme certificateur, un organisme indépendant ̶ en l'occurrence ECOCERT ̶ qui va régulièrement vérifier tous les produits que vous utilisez, vient à l'improviste dans vos locaux pour contrôler ce que vous y stockez effectivement ou dans vos vignes pour les analyser. Les produits autorisés, d'origine organique ou minérale naturelle, sont en nombre limité (tout autre produit non référencé est interdit).

Pour lutter contre les maladies, les produits biologiques demandent une grande vigilance car, moins agressifs que les produits de synthèse, ils doivent être utilisés de façon beaucoup plus pointue et précise. Par exemple, pour être efficaces, les bacilles utilisés contre les vers de la grappe doivent être administrés au moment où une pointe noire apparaît sur les œufs : cela ne laisse que 2 jours pour le faire au bon moment !

Mais surtout, le fondement de la viticulture biologique est d'entretenir des sols et un environnement favorable à la bonne santé de la vigne. Et, plus que lutter ainsi contre les insectes ravageurs, on préfèrera entretenir autour des vignes une flore naturelle susceptible d'héberger leurs prédateurs. On privilégiera toujours aussi le travail des sols (binage, piochage,…) qui remplace les herbicides, aère la terre, favorise la vie microbiologique mais aussi le développement en profondeur des racines, donc améliore la qualité et la structure de ces sols dans lesquels la vigne puise sa nourriture, sa vie, son identité.

2011 : un millésime atypique

Le millésime 2011 raconté par Pascal Marchand, maître d'œuvre aux vignes et en caves

Jusqu'à fin juin, le temps fut tellement beau et chaud (30°C les après-midis durant la deuxième quinzaine d'avril !) que nous envisagions des vendanges encore plus précoces qu'en 2003, année de canicule. L'été frais et humide a gommé une partie de cette avance puis quelques très belles périodes ensoleillées au mois d'août ont permis aux baies de gagner en maturité. Les vendanges ont débuté ici les derniers jours du mois d'août comme dans la plupart des domaines. Ce n'est que la 6ème fois en 300 ans que la Bourgogne commence à vendanger en août ! Jusqu'alors, le cas ne s'était produit qu'en 1719, 1822, 1893, 2003 et 2007. Depuis le XVIIIe siècle, 3 ont donc eu lieu dans les 10 dernières années et ce tous les 4 ans. A méditer…

Dans les vignes, nous avons évidemment été très vigilants quant aux attaques de maladies et de pourriture, et nos vignes sont globalement bien aguerries grâce à notre viticulture biologique. A l'Abbaye de Morgeot, en Chassagne-Montrachet 1er Cru, nous avons même appliqué le programme complet biodynamique : en administrant, en fonction du calendrier lunaire, des préparations précises (poudre de silice, bouse de vache, compost…). Au final, sur l'ensemble des cuvées, les chardonnays récoltés étaient magnifiques. Les pinots noirs, plus fragiles et aux raisins plus serrés, avaient un peu souffert des averses orageuses des mois de juillet et août. Il a fallu trier très soigneusement. Nous avons réduit les proportions de vendanges entières dans la plupart des crus, y compris les Nuits Damodes (50% au lieu des 100 % habituels) : seul le Vougeot 1er Cras a conservé 100% de ses rafles. En cave, nous avons vraiment « fignolé » ce millésime, nous l'avons géré tout en douceur et strictement respecté le calendrier lunaire biodynamique : des cuvaisons plus courtes, aucun pigeage, des remontages les « jours fruits » exclusivement…

Fin mars 2012, les vins en fûts n'avaient pas encore fait ou fini leur 2ème fermentation, la fermentation malo-lactique (alors qu'ailleurs, elle a au contraire souvent été très rapide): c'est tout à fait remarquable, cela donne beaucoup de stabilité, de finition aux vins. Les vins blancs seront magnifiques, les vins rouges offrent un bel équilibre, et un fruit intense.

Retour à la liste des actualités