Historique

Une histoire familiale depuis 5 générations, remplie de passions, des hommes de la terre et de leur temps.

Au XIXe siècle, les ancêtres de Jean-Louis Féry sont sabotiers ou palefreniers à Échevronne déjà, et dans les villages environnants.
Dans ce rude pays des Hautes Côtes, pour "améliorer l'ordinaire", ils travaillent d'arrache-pied de petits lopins de terres pour récolter quelques légumes et faire leur vin. Pierre Jacob, l'arrière-grand-père, trouve aussi le temps d'être maire, durant 30 ans. Son fils Louis se lance dans la culture, puis le négoce de petits fruits (framboise, cassis).

Au début du XXe siècle, Louis devient un grossiste prospère : il expédie jusqu'à Grasse ses bourgeons de cassis qui entrent dans la composition de parfums (Chanel n°5, Molinard), et approvisionne en fruits les liquoristes dijonnais : si la crème de cassis connaîtra un véritable essor dans les années 50 avec le Chanoine Kir, elle a été inventée à Dijon dès 1841. Louis achète aussi des vignes dont le vin est vendu en fûts au négoce beaunois. Il envoie sa fille de 18 ans, étudier à la station ænologique de Beaune : en 1940, elle y est la seule fille.

En 1959, Marcelle, son frère Lucien Jacob, et son mari Jean Féry vont, avec quelques vignerons de leur génération créer le Groupement des Jeunes Professionnels de la Vigne et du Vin.
Leur travail participera en 1961, à la reconnaissance officielle des AOC " Bourgognes Haute Côtes de Beaune" et " Bourgogne Hautes Côtes de Nuits".

En 1980, Marcelle et Jean Féry créent leur domaine viticole sous leur propre étiquette. En 1988, leur fils aîné, Jean-Louis va en prendre les rênes et lui insuffler un nouvel élan.

En 2016, Frédéric Féry accompagné de son père conduit le développement et la pérennité de l'exploitation, avec en ligne de mire un travail rigoureux de la vigne, des vins fins de qualité, le tout dans le respect du terroir et de l'agriculture biologique.